Mélodie de AIMEDEUXFOIS / Interview


Fraichement débarquée dans le milieu du mariage, elle est pleine de pep's et a insufflé des valeurs de diversité et d'authenticité à son agence Aimedeuxfois, le tout teinté de rock'n'roll et d'optimisme ! Je vous présente Mélodie, Wedding Planner créative et fan d'Iggy Pop !

C'est la première Interview du blog et j'avais envie de mettre à l'honneur Mélodie, qui a eu le courage de lancer son agence en pleine crise sanitaire en 2020. Déjà dotée d'un parcours professionnel solide et après avoir suivi une formation spécifique au métier de wedding planner, elle créé son agence à Bordeaux et se dédie désormais à l'organisation de mariages « alternatif, rock’n’roll, funn(k)y, lovely » comme elle le définit elle-même !


Une identité bien marquée et qui apporte un vrai souffle d'air frais, des shooting d'inspirations hyper créatifs, une passion pour la musique : avec Mélodie on parle parcours, choix de métier, projets, rock'n'roll et rencontres !

Je vous laisse la découvrir ...


INTERVIEW DE MELODIE, WEDDING PLANNER CHEZ AIMEDEUXFOIS


Bonjour Mélodie ! Je te remercie encore d’avoir accepté cette petite interview, la première du blog d’ailleurs, et j’avais envie qu’on parle de ton parcours mais aussi de rock’n’roll si tu veux bien !


Tout d’abord est-ce que tu peux m’en dire un peu plus sur toi en quelques lignes et me parler de l'ADN de ton agence ?


Je suis donc Mélodie, wedding planner/designer dynamique et créative de l’agence aimedeuxfois, lancée en pleine déclaration de crise sanitaire. Un challenge supplémentaire pour une jeune entreprise, mais je ne lâche rien ! J’habite la région bordelaise depuis 36 ans, j’ai 2 enfants terriblement fantastiques (ou l’inverse), je suis une grande amoureuse de voyages pendant lesquels j’aime me nourrir d’autres cultures, je suis une épicurienne qui aime partager de bons repas avec mes proches, ou profiter de concerts avec mes amis. Je dirais que je suis une grande optimiste de manière générale. L’authenticité, l’ouverture d’esprit et la diversité sont des valeurs qui se retrouvent clairement chez aimedeuxfois.


► Avant d'être Wedding Planner et de lancer Aimedeuxfois que faisais-tu ? L’idée de ce projet elle est partie d’où, quel était ton leitmotiv ?


J’ai suivi des études dans le commerce et le marketing de mode avec des expériences en France et en Californie comme assistante export, ou encore comme attachée de presse. J’ai ensuite évolué pendant plus de 10 ans en tant que manager dans le retail : mode enfant, et homme plus particulièrement. J’ai toujours été polyvalente, et attirée à la fois par le produit et la relation client. J’ai d’ailleurs ouvert un concept store en ligne dédié à l’enfant il y a quelques années. Une première expérience de création d’entreprise qui m’avait à l’époque permis d’apercevoir quelques fondamentaux. Pour en revenir à ma reconversion professionnelle : elle est née de l’envie de travailler, d’entreprendre et de créer plus librement. A un moment donné, j’ai ressenti un gros ras-le-bol de voir mes idées bridées, mais aussi de devoir partager un quotidien avec des collègues qui n’avaient pas les mêmes envies ni le même enthousiasme que moi. Enfin, un gros manque de reconnaissance a fini par peser lourdement sur mon moral. Aujourd’hui, je me sens prête à vivre ma propre aventure, tout en ayant conscience des difficultés que je risque de rencontrer.


► Ça se présentait comme une suite logique dans ton parcours, une évidence, ou pas forcément ?


Lors de mon dernier entretien dans mon job de salarié, mon responsable m’a demandé de me concentrer sur ce que je voulais VRAIMENT faire, sans me poser la question du « comment ». Rapidement, je lui ai parlé du métier de wedding planner, que je connaissais seulement dans les grandes lignes. Je n’ai jamais idéalisé ce métier pour son côté « strass et paillettes », mais plutôt pour la partie gestion de projet dans sa globalité. J’ai beau revendiquer un univers Rock’n’roll, mes expériences professionnelles ont toujours été construites autour de process sérieux et efficaces, avec un niveau d’exigence certain. Je pense que ce changement est assez fluide. Mes proches te diront que c’est une évidence que j’évolue vers ce métier.


► Je sais que tu es fan d’Iggy et que le rock fait partie de l'identité de ton agence, du coup je me demandais, quelle chanson d’Iggy représente le mieux Aimedeuxfois et pourquoi ?


La première chanson que j’ai entendue était une reprise de « No Fun » par Iggy Pop & the Stooges. Je dirais que mon cœur balance entre la poésie et la mélancolie de « The Passenger», et l’énergie et l’envie d’en découdre de « Real Wild Child ». Je crois que les 2 dernières résument assez bien l’état d’esprit d’aimedeuxfois.


► Si tu devais définir Aimedeuxfois en 3 mots ce serait quoi ?


J’utilise souvent ces mots dans mes descriptions « alternatif, rock’n’roll, funn(k)y, lovely ». Y’en a un de plus, mais je sais que tu m’en voudras pas !


Photo @cleya asulon


► Les futurs mariés qui te contactent sont fans de rock ou pas forcément ? (Tu acceptes aussi les mariages des fans de Céline Dion ?)


Je ne renierais jamais Céline, puisque c’est l’un des premiers albums que j’ai demandé quand j’étais plus jeune. Toi-même tu sais, en tant que grande fan de Garou* : il faut assumer ses origines ;) Pour répondre à ta question, et c’est assez marrant : non, ces couples n’ont pas tous une affinité avec le rock. Par exemple, mes derniers clients : la future mariée est fan de Céline Dion !

* Ndlr : private joke entre Mélodie et moi


► Revenons à nos moutons, comment s'est passée la transition vers ce métier, ta reconversion ? Tu avais des doutes au départ ou pas forcément ?


J’ai enclenché des démarches de financement 1 ou 2 mois après m’être renseignée sur le métier de wedding planner. J’ai pu mobiliser mon compte CPF, et j’ai réalisé une formation 6 mois après. Bizarrement, et contrairement à certaines filles avec lesquelles j’ai suivi la formation, je n’ai jamais eu de doutes. Je me suis tout de suite sentie capable d’endosser cette fonction, et surtout avec une grande envie.


► Je crois savoir justement que tu as suivi une formation avant de créer Aimedeuxfois, quels sont les besoins que tu avais identifiés à ce moment-là et qui t’ont poussé vers ce choix de formation ?


Au moment de choisir, j’ai fait une sélection de formations pouvant être financées par mon compte CPF. Honnêtement, j’ai choisi la mienne car elle avait de bons avis sur le net. En réalité, et j’assume mes propos, elle manquait cruellement de modernité et d’ouverture d’esprit. Je ne m’en suis pas tout de suite rendue compte tant ma motivation était présente, mais mes doutes se sont installés lorsque j’ai commencé les démarches de création d’entreprise. Personnellement, j’attendais de ma formation qu’elle soit relativement scolaire, et qu’elle aborde les points suivants : création ET gestion d’entreprise, métier/expériences de wedding planner, et communication. Fort heureusement, je savais quels étaient mes axes d’amélioration, et j’ai entamé d’autres coachings – ailleurs - pour me perfectionner sur certains items. Je suis ravie de voir apparaître de nouveaux contenus dispensés par des organisatrices expérimentées et « actuelles », je regrette juste de ne pas avoir pu en bénéficier quand j’étais en recherche.


Photo @cleya asulon


► En plus de la formation que tu as suivie, j’imagine qu’il y a eu des rencontres, avec des prestataires du mariage, tu m’en parles ? Ça a eu quel impact pour ton lancement, en terme d’état d’esprit je veux dire ?


Je ne connaissais pas grand monde en débarquant dans la « Weddingsphere ». Juste mon amie Prisca qui est photographe, avec laquelle j’avais déjà collaboré pour de précédents projets. Nous partageons toutes les deux l’envie de renouveler le paysage du mariage, de manière plus personnelle, fun et décomplexée. Je pense que ça m’a conforté inconsciemment, dans la direction que je souhaitais donner à mon entreprise. J’ai ensuite rencontré Cléa, qui est également photographe et avec laquelle j’ai réalisé mon premier shooting d’inspiration. J’aime beaucoup travailler avec elle, c’est une personne humble, créative et très professionnelle. Dernièrement, j’ai tissé des liens forts avec Amélie, l’officiante haute en couleurs de Quelques Mots d’Am. Elle incarne mon coach mariage, à moins que je ne sois son jeune Padawan… Plus sérieusement, elle m’a apporté de précieux conseils sans jamais tomber dans le côté « donneuse de leçons », elle m’encourage régulièrement et me valorise même. C’est évidemment très appréciable, généreux et bienveillant, surtout pendant ce contexte social et économique. On se complète et on s’amuse beaucoup aussi d’un point de vue créatif : c’est un peu notre bulle d’oxygène. Je remercie au passage ces supers nanas.


► On me demande souvent comment se faire connaitre auprès des futurs mariés quand on est en phase de démarrage, une des meilleure option à mon sens c'est vraiment le travail autour des shooting pour justement montrer notre capacité à fédérer une team mais également à mettre en avant notre créativité. Je sais que tu réalisé plusieurs shooting d'inspirations, tu m'en parles ?


J’ai effectivement réalisé quelques shootings d’inspirations, et il y en a plusieurs en attente (je me languis). Les deux premiers étaient à l’initiative de Cléa et Prisca, qui s’inscrivaient respectivement dans une thématique Skate/urbain, et l’autre plutôt orienté années 60/70. Les filles me laissent toujours carte blanche sur le sujet : pour moi c’est important d’apporter sa touche, sans jamais oublier l’identité de la personne qui propose le projet. Au-delà d’un travail d’équipe, c’est une notion de respect. Ces projets sont toujours une occasion de s’éclater artistiquement, et de rencontrer de nouvelles personnes : c’est très enrichissant. On ne développe pas tout le temps des affinités avec les prestataires, tout comme on n’obtient pas toujours l’effet escompté, mais ça pousse à faire mieux les fois suivantes. Je suis parfois bloquée par l’aspect « surenchère » des projets d’inspiration mariage : j’ai souvent le sentiment que c’est la bagarre du prestataire qui aura le meilleur lieu, le meilleur concept… Ça peut être déstabilisant, frustrant aussi, de voir un projet similaire passer sur les réseaux. Mais c’est le jeu. Récemment, un photographe expliquait qu’il se fichait pas mal de tout ça, le plus important pour lui était de se concentrer sur le processus créatif. Il a tout juste : il faut s’amuser avant tout.


► Quel a été ton plus gros kiff depuis que tu as lancé l’agence et la chanson qui accompagne ce moment dans tes souvenirs ?


Je dirais que chaque jour est un kiff. Sincèrement. Je me sentais tellement en colère et sous-estimée avant… Maintenant et chaque matin : je m’éclate, même si je ne suis pas encore au point partout. Je suis contente de découvrir de nouveaux lieux, de faire la connaissance de nouveaux prestas, clients. En somme, d’apporter une perspective riche à mon avenir. J’ai des projets en tête, on me fait des propositions. Je ne sais si cela aboutira, mais je prends les choses comme elles viennent, sans trop me tracasser. Je profite du voyage quoi ! Pour la chanson, c’est plus difficile en revanche, mais je te répondrai The Decline de NOFX : dynamique, entraînante, et motivante. Le petit rayon de soleil californien de ma playlist.


Photos @sweet ice cream wedding


► Qu'est ce qui t'enthousiasme le plus dans ce métier ?


L’échange humain, la passion, et la force de créativité qui animent les professionnels du mariage. Face à moi, j’ai des prestataires, des collègues qui partagent les mêmes difficultés/valeurs et qui théoriquement sont plus compréhensifs. Mais surtout, quand tu as trouvé les bons, ces derniers sont plus enclins à travailler dans un sens commun, qui est l’aboutissement du projet de tes clients, et ce dans la joie et la bonne humeur !


► Tu portes quel regard sur la concurrence et les autres WP ?


Au début j’étais timide, je ne savais pas bien à quelle sauce j’allais être mangée. C’était assez impressionnant de voir tant de personnes talentueuses, je ne savais pas si j’avais ma place. Au final j’ai reçu un super accueil, et j’échange régulièrement en toute bienveillance (du moins je l’espère, ha !) avec d’autres WP sur Bordeaux et dans le reste de la France. Chacune a sa personnalité/son univers, c’est un peu comme une marque de vêtements. On peut apprécier deux organisatrices, et pourtant, on aura plus d’affinités avec l’une qu’avec l’autre. Et c’est ok, car j’estime qu’il y a de la place pour tout le monde.


► Si tu devais choisir 4 chansons bien rock pour un mariage, pour marquer les temps forts comme une sortie de cérémonie, une entrée en salle, une première danse et une dernière danse (celle où il ne reste que 6 personnes sur la piste mais qui sont tellement à fond qu’il faut clôturer en beauté !)


HAHA, tu m’as fait rire avec l’image de ces 6 personnes sur le dancefloor !

La musique c’est super méga personnel, et mon amoureux n’est pas très fleur bleue (le folk ça le saoule vite, moi non !), mais je vais tenter d’y répondre en te disant ce que j’aimerais pour mon propre mariage, et qui pourrait lui faire plaisir (parce que ça se choisit à deux, hein !).

  • Entrée de la mariée : « Bella » d’Angus & Julia Stone, « First day of my life » de Bright Eyes, « New Slang » de The Shins. Je chiale ex-aequo sur les trois morceaux.

  • Entrée en salle : « Mr Clean » de Millencolin, puisque c’est un peu notre chanson. Ça ferait chelou, mais quand même…

  • Dancefloor : « Jump around » de House of Pain, « Take me on » de A-ha, « When the rain begins to fall » de Jermaine Jackson, ou encore « Maniac » de Michael Sambello (oui, on a un penchant pour les années 80 us).

  • Dernière chanson « It’s my life » de Bon Jovi > la chanson des copains et des bons souvenirs.

Je ne sais pas si l’ensemble fait très « Rock music», mais il nous ressemble. C’est l’essentiel, non ? Pour de vrai de vrai, je rêverai d’avoir un groupe de punk pour clôturer ma soirée de mariage, façon Me First and the Gimme Gimmes ! Les concerts me manquent beaucoup trop.


► Avoir un esprit rock ça veut dire quoi pour toi et comment tu le fais vivre dans les mariages que tu organises ?


Pour moi, avoir un esprit rock, c’est avant tout s’affranchir des conventions. Au-delà d’un style musical, c’est une liberté de vivre et de penser comme on l’entend. Avec aimedeuxfois, c’est une manière pour moi de poser (et pas d’imposer) mon univers, et de marquer un peu les esprits afin d’évoquer des tendances moins lisses. Parler de « rock » à proprement parler, serait réducteur. Dans les projets que je mène, j’essaie de proposer des choses non conventionnelles (repas, tenues…), et de puiser dans une histoire personnelle en retravaillant des codes peu présents dans le monde du mariage : le skate, le roller disco… Auprès de mes clients, je farfouille pour obtenir la petite anecdote qui incarnera leur personnalité lors du mariage. J’aime aussi à penser que je laisse toujours ma touche çà et là via des petits détails : couleur, mots, matières…


► Question bonus / Iggy solo ou Iggy & The Stooges ?


Iggy solo, of course. He’s the man !

Retrouvez Aimedeuxfois ici :

@aimedeuxfois

www.aimedeuxfois.com

FU0C1869.jpg

Après 8 ans à organiser des mariages dans le Sud-Ouest de la France, Happiness Factory Business est né d'une envie de partager avec vous ma passion pour le métier de Wedding Planner et pour l'entrepreneuriat !

Je partage ici des sources d'inspirations, des conseils, des outils, qui peuvent vous aider dans votre quotidien !